Vendée Globe

Sébastien Destremeau : dernière ligne droite difficile

Le concurrent toulonnais avait fait preuve d'optimisme le 6 novembre dernier en embarquant pour la huitième édition du Vendée Globe, ses réserves de nourriture lui permettaient de tenir jusqu'au 4 mars. Mais après 115 jours en mer, le skipper s'est rendu à l'évidence : il lui faudra une semaine de plus pour rallier la ligne d'arrivée aux Sables-d'Olonne. Mais Sébastien reste déterminé!

"Je fais un repas par jour, raconte-t-il à franceinfo. Ce matin, je me suis autorisé une petite barre de céréales en plus. Et je bois de l'eau."

Le dernier concurrent 

Sébastien Destremau à bord de son TechnoFirst-faceOcean, est appelé à prendre la 18e et dernière place d’ici un peu plus d’une semaine, aux environs du 9 mars.

Il vient de franchir la barre des moins de 2000 milles à parcourir d’ici l’arrivée aux Sables d’Olonne (1973 milles au pointage de 15h) et file pour le moment à 10 nœuds de moyenne, dans le sud des Açores. Il bénéficie encore de conditions favorables, avec un bon alizé de nord-est qui lui a permis d’avaler 200 milles ces dernières 24 heures. Mais son avenir à moyen terme s’annonce plus complexe, avec notamment des dorsales anticycloniques - donc des zones de vent faibles - à traverser avant de pouvoir rêver dans un premier temps au large du Portugal, puis de l’Espagne et enfin du golfe de Gascogne, ce dernier obstacle qui le conduira à mettre un point final à ce huitième Vendée Globe, la semaine prochaine.

Un stock de nourriture inondé

Le français sera donc bientôt le dernier concurrent en mer : demain, l'avant-dernier du Vendée Globe, le Néerlandais Pieter Heerema, devrait avoir rallié les Sables-d'Olonne. Une mauvaise nouvelle n'arrivant jamais seule, une partie du stock de nourriture de Sébastien Destremau a été inondé il y a quelques jours : "Quand tu découvres ça, c'est un coup dur. Tu n'as plus beaucoup de temps pour réétaler ta nourriture. Mais je ne suis pas mort de faim. C'est juste pénible."

Astreint au régime, le navigateur a perdu du poids. À cette péripétie s'ajoutent une douleur aux côtes, la perte d'une voile depuis deux semaines et une panne de démarreur depuis une centaine de jours. "Ce sont des événements très très durs, commente Sébastien Destremau. Mais tu es obligé de les vivre. De toute façon, tu n'as pas le choix."

La beauté du Vendée Globe, ce sont ces challenges qui te sont jetés à la tête.

Sébastien Destremau

à franceinfo

 

Actualités 

Actualités

Du 21 au 23 juillet, ne manquez pas votre rendez-vous de l’été : le MIDI Festival.

Chaque été depuis 2006, TPM met en place un suivi de la qualité des eaux de baignade très réactif et adapté à la saison su

Le Pôle Mer Méditerranée et Toulon Provence Méditerranée ont accueilli mardi 4 juillet, une délégation australienne de Per

A l'issue de la première manche du Tour de France à la voile disputée à Dunkerque, le trimaran Team TPM occupe la première

Le grand jour est arrivé pour l'équipage varois du bateau TPM qui prend le départ du tour aujourd'hui à Dunkerqu