Patrimoine maritime

La pêche et les petits métiers de la mer

Valoriser la pêche côtière, artisanale, c'est rappeler qu'elle représente sur notre territoire un élément identitaire très fort avec des pêcheurs qui vivent encore de leurs métiers. Née au 20ème siècle la prud'homie de pêche à permis en Méditerranée de préserver les traditions de nos pêcheurs à travers le temps.

La pêche professionnelle exercée sur notre territoire se distingue des autres activités de pêche pratiquées en Méditerranée française. La quasi absence de plateau continental empêche la pratique du chalutage tel qu’il est connu dans les autres régions, et permet la survivance et le développement d’activités traditionnelles.

Ici, la pêche se pratique sous toutes ses formes, une pêche aux petits métiers : pêche aux filets, aux casiers et aux nasses, aux palangres, à la  ligne, à la canne, aux oursins et la pêche au fameux ganguis que l'on pêche pour la soupe ou la bouillabaisse ! 

Les engins utilisés sont multiples et adaptés aux saisons, aux conditions météorologiques, aux espèces visées, aux conditions de vente de leurs produits, à l'habitat et à la profondeur. Cette diversité des techniques témoigne d'une tradition mais aussi d'une richesse technique car c'est une garantie pour préserver l'équilibre de la ressource halieutique.

Grâce à un travail de collaboration avec la Chambre d’Agriculture du Var, le Conseil Général et le Comité Départemental des Pêches Maritimes et des Élevages Marins du Var, une  démarche qualité a été mise en place pour les produits de la pêche et de l’aquaculture.

Les professionnels de la mer se sont donc mobilisés afin de rédiger leur propre cahier des charges et ainsi entrer dans le réseau « Terres du Var » gage de valorisation des productions locales.

         
La baie du Lazaret : parcs et fermes aquacoles

Des Richesses inestimables :

Les premiers occupants des rivages du Lazaret y  trouvèrent en partie leur nourriture. Ils pouvaient d'ailleurs s'avancer dans la baie à pied, et en creusant découvraient praires, clovisses et coques. Avec un peu d'habileté ils pouvaient même capturer des seiches, des bigorneaux, sans oublier les oursins appréciés de tous.

Depuis le 19ème siècle, dans  la baie du Lazaret des hommes cultivent la mer de façon extraordinaire. Au sortir de la guerre de Crimée, les navires désarmés trouvèrent une étonnante reconversion. Mouillant durant des mois, les marins finissent par s'apercevoir que les amarres traînant dans la mer se sont recouvertes de moules ! Ainsi sont nées les  parcs à moule de la rade.

Aujourd'hui, la baie du Lazaret située entre La Seyne-sur-Mer et Saint-Mandrier-sur-Mer accueille des activités d'aquaculture durables et propose une vente en circuit-court qui valorise les produits.

Le Var est un des seuls départements français à expérimenter une Unité d'Exploitation et de Gestion Concertée.

C'est d'ailleurs une chose curieuse que de voir, au milieu de la baie, ces cabanes sur pilotis et ces parcs à moules qui semblent d'un autre âge et totalement incongrus dans cette rade qui depuis plusieurs siècles est le siège d’activités multiples. Des bateaux de guerre, des ferries, des bateaux de plaisance, et enfin les transports publics se croisent quotidiennement.

Vous pourrez admirer ces petites cabanes colorées qui servaient autrefois d’ateliers aux mytiliculteurs qui y accédaient en barque. Aujourd’hui, aux côtés de éleveurs de moules, d'huîtres, de coquillages, vous pourrez découvrir des installations de productions aquacoles tournées vers l’élevage de daurades, de loups, tout cela dans le respect de l'environnement.

Profitez du soleil levant ou de la tombée de la nuit pour aller les admirer. Vous pouvez aussi déguster ces délicieux produits de la mer sur les marchés locaux et dans les multiples restaurants de la région.