PATRIMOINE SCIENTIFIQUE

Patrimoine Scientifique et Technique naturel

TPM agit dans la conservation, la valorisation et la progession du patrimoine scientifique agronomique.

Partant de la sauvegarde de ce riche patrimoine à l'amélioration des espèces, en passant par la phytobactériologie... à la recherche viticole, les enjeux sont nombreux : diversification, réduction des intrants, amélioration de la rentabilité....

Partenaire avec le SCRADH (Syndicat du Centre Régional d'Application et de démonstration Horticole), ​Toulon Provence Méditerranée prone une agronomie intégrée et de plus en plus autonome grâce d'importants programmes de recherches.
Le territoire propose ainsi une agriculture de qualité avec de nombreuses AOC : Bandol, Côte de Provence, Huile d’olive de Provence, et un secteur de la fleur coupée très organisé et regroupé en Grappe d’Entreprises "Florisud Var Méditerranée".

Près de 93% des terres agricoles et horticoles de TPM se localisent à l’est de l’agglomération, principalement sur les communes d’Hyères-les-Palmiers, La Crau, Carqueiranne, La Garde et Le Pradet et à l'ouest avec Ollioules.

Le climat et la lumière remarquables du Var ont permis de développer la filière horticole et viticole de l'agglomération et de façonner son paysage. Celles-ci représentent de véritables activités économiques.
Depuis le 14ème siècle, où l'on voit apparaître des jardins d’acclimatation mais aussi des jardins où l'on s’essaye à la culture du palmier des Canaries et du mimosa d’Australie en passant par les « jardiniers de la Marine » comme Gaspard Nicolas Robert à Toulon qui firent aussi prospérer dans la région les plantes médicinales ; cet intérêt pour la botanique n'a cessé de croître. Il s’est porté ensuite dans la recherche fondamentale, l’utilisation industrielle, alimentaire et ornementale des plantes.
La culture de la fleur s'est développée au point de faire du Var le 1er département horticole français dans la fleur coupée dont 1358 hectares de terres horticoles sur le territoire de TPM. La rose arrive en tête suivie par le gerbera, les anémones, les renoncules, les tulipes... et la pivoine qui est en plein essor. Des entreprises travaillent pour l'obtention de nouvelles fleurs.
Distribuée à l'échelle nationale ainsi qu’en Europe par la SICA de Hyères-les-Palmiers (Société d’Intérêt Collectif Agricole), unique marché aux fleurs au cadran, la fleur varoise est reconnue pour sa qualité et sa spécificité. 
 
TPM soutient le SCRADH qui contribue au développement de l'horticulture. Son activité principale est tournée vers l'expérimentation et la mise en pratique des résultats de ses recherches, la promotion des technologies nouvelles. Membre de l'institut ASTREDHOR (Association nationale de structures d'expérimentation et de démonstration en horticulture) il dispose de l'agrément B.P.E. (Bonnes Pratiques d’Expérimentation) pour les essais de produits phytopharmaceutiques.

Les recherches du SCRADH portent sur l'optimisation des techniques de culture, réduisant ainsi l'impact sur l'environnement. Il diffuse le fruit de ses recherches dans le cadre de visites à ses adhérents à la station, de conférences, de journées à thèmes ou de publications.

Le parc National de Port Cros quant à lui, mène depuis 50 ans des programmes scientifiques au sein des espaces protégés : suivi des espèces remarquables... en raison de la biogéographie et des particularités écologiques et fonctionnelles des îles de Port-Cros et Porquerolles.

La recherche dans le domaine de la viticulture ne cesse également de progresser. La viticulture est omniprésente sur le territoire et constitue un véritable enjeu de valorisation et de diversification. Elle est présente sur 676 ha à TPM. Première force économique agricole dans le Var, la viticulture génère près de 47 % de la richesse en agriculture du département.
Riche de 11 domaines viticoles, la Viticulture à La Crau représente une véritable richesse et certains de leurs meilleurs vins* sont primés tant sur le plan national qu’international.
Aussi, certains domaines possèdent la certification bio et travaillent déjà sur la biodynamique comme à Ollioules (le domaine de Terrebrune). Cela représente un exemple de réussite exceptionnelle permettant la préservation du terroir et le respect de l’environnement. Il s'agit d'un travail de recherches sur le matériel végétal, sur des variétés anciennes plus qualitatives. C'est avec cette alchimie de tradition et de techniques innovantes que l'on arrive à obtenir des vins parfaits dans le respect de la tradition.

*L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération