Patrimoine maritime

Patrimoine religieux marin

Des édifices religieux comprenant des ex-votos ou encore un cimetière insolite rendent hommages à nos hommes, marins, morts en mer. Ici, le patrimoine religieux, remarquable, fait pendant à nos charmants petits ports.

Très présentes dans les communes de TPM, le long du sentier du littoral, perchées sur les massifs, dominant les citées fortifiées, les chapelles, les églises, lieux de vigie côtière, lieux de mémoire de certains naufrages, sont en lien profond avec la mer et l'histoire de nos habitants. L'intérieur de ces lieux de culte oscille entre sobriété et sophistication. Quand on y pénètre, le silence y est souvent accompagné par le vent du large comme à la Chapelle Notre-Dame du Cap Falcon ou la Chapelle Notre-Dame du Mai. Ainsi mer et prière restent intimement liées.

Chapelle Saint-Louis (Saint-Mandrier-sur-mer)

La chapelle Saint-Louis dite "des bagnards", est un élément particulier de l'architecture religieuse en Provence, implantée dans l'enceinte du Centre d'instruction naval de Saint-Mandrier-sur-Mer.

Construite au début du 19ème siècle, elle a côtoyé la souffrance humaine : celle des bagnards qui l'ont bâtie puis celle des malades de l'hôpital maritime dont elle dépendait. A partir de 1936, elle a au contraire connu des générations de jeunes mécaniciens pleins d'espoir à l'aube d'une carrière dans la marine. 

Chapelle Notre-Dame du Cap Falcon (Toulon)

Face à la Méditerranée, en bordure d’une falaise, ce site magnifique et symbolique représente pour tous les rapatriés d'Afrique du Nord, communément appelés "Pied-Noirs", un « haut lieu de mémoire » Ce lieu est accessible en permanence.

Pour maintenir et transmettre une flamme du souvenir et rendre hommage à tous ceux qui reposent au loin, le colonel Raymond et les associations varoises de rapatriés d’Algérie obtinrent de la Marine Nationale l’autorisation de placer sur le dôme de la batterie la statue rapatriée et de construire une minuscule chapelle. Chaque 15 août, de fidèles manifestations de piété et de retrouvailles communautaires s’organisent dans la joie et la ferveur.

Collégiale Saint-Paul (Hyères-les-Palmiers)

Cette collégiale qui domine de sa silhouette la ville médiévale est classé monument historique depuis 1992. Cet édifice que l'on suppose du 12ème siècle présente une architecture mêlant les styles, roman, gothique et renaissance. Une des plus belles collections d’ex-votos de Provence retient l’attention... (visite libre)

Chapelle Notre-Dame du Mai (Six-Fours-les-Plages)

La chapelle Notre-Dame de Bonne Garde, appelée aussi Notre Dame du Mai est située en plein cœur du massif du Cap Sicié. La chapelle domine la rade du Brusc avec sa silhouette trapue, tel un château fort puissant et protecteur. Cette chapelle fut bâtie en reconnaissance de gardiens épargnés par la foudre en 1625 dans leur Tour de Garde. Celle-ci dite, "feu de garde", faro, servait à donner l’alerte. C’est ici que le gardien allumait un feu pour guider les navires ou alerter de l’arrivée de navires ennemis.Une procession solennelle fut organisée et des fonds recueillis, ce qui permit la construction d’une première chapelle appelée Notre-Dame de Bonne Garde, puis d'une seconde appelée Chapelle Notre-Dame du Mai. La Chapelle est ouverte au public pendant les offices ainsi que tous les jours pendant le mois de mai. Vous pourrez ainsi découvrir les nombreux ex-voto qui ont été déposés par les familles en reconnaissance des marins épargnés par la mer...Au pied de la chapelle Notre-Dame du Mai le précipice est vertigineux.

Le Cimetière franco-italien (Saint-Mandrier-sur-Mer) 

Situé sur une petite colline surplombant la rade de Toulon, ce cimetière militaire est des plus insolites !
L’emplacement de ce cimetière est lié à l’histoire d’un homme : celle du vice-amiral Louis-René Latouche-Treville, mort dans la rade de Toulon en 1804. Le mausolée en forme de pyramide situé à l’entrée du cimetière, lui rend hommage…

L'église ou chapelle Saint-François de Paul (Toulon)

Cette église fut érigée en 1744 sur l’emplacement de l’ancien château de la Mar, château royal. L’église s’appela d’abord église Saint-Jean car dédiée à Saint Jean-Baptiste et est ensuite devenue le chapelle du couvent des Récollets car contigu à l’édifice. L’ordre « mendiant des Récollets », présent à Toulon depuis un siècle et demi, était intimement lié à la vie toulonnaise, car les pères, outre leur ministère à terre, fournissaient à la Flotte des aumôniers embarqués. Durant la Révolution, elle devint le Club de Saint-Jean, siège des Vrais Amis de la Constitution. Affiliés aux Jacobins, ils poussèrent aux massacre dans les rues en août 1792. Elle devint temple décadaire, dépôt de munitions, et pour finir entrepôt de tonnelier avant d'être rachetée par la communauté.

Rendue au culte, en 1803 et convertie en paroisse, elle reçut le nom de Saint-François -de-Paul selon le voeu des paroissiens et abrita la confrérie de Pénitents Noirs. On peut y observer une architecture inspirée du baroque romain et piémontais.