Patrimoine culturel architectural

Les Bastides provençales : des lieux chargés d'histoire

C'est le type d'habitation qui est apparu à partir de la fin du 17ème siècle, pour désigner une résidence estivale de prestige, entre château et hôtel particulier, doublée d'une exploitation agricole. Ces bastides sont apparues dans un contexte de paix et de prospérité en Provence. Elles se sont développées tout au long du 18ème siècle sur notre territoire. Au décor classique d'origine se sont ajoutés des décors baroques, avec des fontaines, des statues et des décors à tendance orientale. Elégance, raffinement et harmonie sont les maîtres de ces lieux.

On compte encore quelques très belles bastides sur le territoire. La plupart sont aujourd'hui habitées par des propriétaires privés. Certains ouvrent leurs portes ou leurs jardins dans le cadre de visites organisées pendant les journées européennes du patrimoine, d'autres sont accessibles sous certaines conditions. Vous pourrez découvrir dans un décor de charme leur histoire, parfois leur petite chapelle, leur parc, pour finir par une balade dans les vignes.

Les bastides incontournables

La bastide du jardin remarquable de Baudouvin (La Valette-du-Var)

Rue des Gibelins - Quartier de Baudouvin
 

La bastide se situe au coeur du "jardin remarquable de Baudouvin".

Il est un lieu exemplaire en termes de cultures traditionnelles et les plantes anciennes sont remises au goût du jour rappelant que les propriétaires de bastides, à l'origine, se passionnaient de botanique, mais aussi d'agriculture. Ils expérimentaient même parfois de nouvelles techniques agricoles sur leur domaine. D'anciennes cultures traditionnelles sont à découvrir. La bastide est fermée au public mais vous pouvez toutefois admirer son architecture.

Cette bastide possède un des espaces les plus originaux de la création paysagère provençale et le plus révélateur de la vie de l'époque jusqu'au milieu du 19ème siècle, la tèse. C'est un exemple rare, car les "tésos" ont presque toutes disparus dans les jardins des bastides de la région. Ce terme désigne une grande allée plantée d'arbustes à baies formant une couverture végétale. Doté d'un ruisseau, cet espace ombragé permettait de rafraîchissantes promenades en été, mais pas seulement. Lorsque les baies mûrissaient à l'automne, au moment où passaient les oiseaux migrateurs, on fermait la tèse à l'aide de filet afin d'y attraper les passeraux.

Autres éléments très caractéristiques de la bastide : les bassins et fontaine. Vous découvrirez notamment la fontaine de Samson. On peut noter que de vastes réseaux hydrauliques permettaient d'amener l'eau par gravitation depuis les sources situées à flanc du mont Coudon jusqu'à la bastide. Une vaste allée principale relie le portail d'entrée à la maison de maître. Elle est bordée de platanes, très typique dans les bastides.

Entrée payante.

Ouverture au public :

Fermé le lundi toute l'année
Du 1er novembre au 28 février : de 10h à 17h
Du 1er mars au 31 mai : de 10h à 18h
Du 1er juin au 31 août : de 10h à 19h
Du 1er septembre au 31 octobre : de 10h à 18h

Le Domaine de Baudouvin est fermé les 24 et 31 décembre.

Le domaine de la Navarre (La Crau)​

3451 chemin de la Navarre

Situé au pied du massifs des Maures, sur un domaine de 220 hectares dont 80 hectares de vignobles, cette bastide est chargé d'un riche passé. Elle fut la propriété de la famille Navarre avant 1789. Après avoir été acquise par différents propriétaires successifs, elle fut cédée à l'église avec l'intention d'en faire un orphelinat agricole. En 1878, l'évêque de Fréjus demande à Don Bosco de s'occuper de l'établissement. Comme pour beaucoup de bastides, elle bénéficie d'une situation exceptionnelle, nichée dans un creux entre les collines de chênes et de pins, et dans une plaine bordée par la rivière. Aujourd'hui, devenue l'institution Saint-Joseph, La Navarre se visite uniquement pendant les Journées européennes du patrimoine.

Entrée libre sur le domaine.

Le domaine des Mesclances (La Crau)​

3583 chemin Moulin Premier

Depuis 1530 et malgré les tumultes de l'histoire de France, le patrimoine n'a jamais quitté la famille. Sur cette terre fertile, l'histoire témoigne de l'ancienneté de cette exploitation viticole ; en atteste la présence de nombreux morceaux de terre cuite, pressoirs, fouloirs et cuves de l'époque Gallo-Romaine. Vous découvrirez aujourd'hui au coeur d'un domaine viticole une remarquable bastide du 19ème siècle appelée aussi Château des Mesclances et présentant les principales caractéristiques : balustrades, occulus,... Elle comporte le plan type des bastides à deux étages avec le premier étage qui accueillait les chambres et boudoirs de la famille. Le deuxième étage étant réservé aux chambres de domestiques. Entourée de jardins d'ordonnance classique avec ses rangées de buis bien taillées et ses cyprès, elle illustre l'art de vivre de cette époque.

La bastide ne se visite pas - Visite des jardins uniquement.

Le domaine de Terrebrune (Ollioules)

724 chemin de la Tourelle

Le propriétaire de ce domaine viticole tomba amoureux en 1963 d'une petite bastide nichée entre quelques pieds de vignes à l'abondon, des oliviers centenaires et des cultures florales. Aujourd'hui, le domaine développe ses vignes en restanques sur les pentes du massif calcaire du Gros Cerveau. Exposition plein sud pour les ceps de vignes qui sont orientées vers la Méditerranée. Cette jolie bastide vous accueillera à la table du vigneron dans un cadre bucolique.

Une partie de la bastide se visite - lieu occupé par un restaurant

Villa Jean Aicard - Villa les Lauriers roses (La Garde)

Avenue de la Victoire

Cette bastide située à La Garde est entourée d'un grand parc de 6 hectares et fut le lieu qui inspira de nombreux écrivains tels que : Jean Aicard, l'auteur de "Maurin des Maures" considéré comme "l'un des deux poètes les plus populaires" de son époque et académicien. Né en 1848 à Toulon, Jean Aicard fut profondément inspiré par son enfance méridionale et renda hommage à la Provence dans de nombreux poèmes, certains évoquant les plats traditionnels tels que la bouillabaise ou l'aïoli... Il ne quittait d'ailleurs cette bastide pour Paris que lorsque sa carrière d'écrivain l'exigeait. Son ami Lamartine lui inspira une ode couronnée par l'Académie française. Il fut aussi l'auteur de pièces de théâtre célèbres comme Pygmalion, Othello, More de Venise... Après sa mort en Mai 1921, cette bastide "Les Lauriers roses" est devenue un musée, labellisé Musée de France, il est ouvert au public et géré par la ville de Toulon. Vous pouvez y découvrir un jardin avec quelques sculptures dissimulées dans la verdure. Des peintures de Paulin Bertrand, peintre et ami de l'écrivain, sont également exposées dans ce musée ainsi que des céramiques de Clément Macié. Vous découvrirez à l'intérieur de nombreux objets qui témoignaient de l'attachement de Jean Aicard à la Provence mais aussi des objets évoquant des voyages comme un service à thé chinois, une défense d'éléphant...

Entrée gratuite du mardi au samedi de 12h à 18h.

Tél. 04 94 14 33 78